Comment mieux partager les connaissances en entreprise

Comment mieux partager les connaissances en entreprise

Partager ses connaissances avec ses collègues au sein de l’entreprise est un enjeu majeur depuis quelques années.

Les avantages sont nombreux : le partage de connaissance concerne tous les domaines, favorise la cohésion d’équipe et peut être peu chère, voire gratuite.

Les deux types de connaissances

Le partage de connaissances en interne est important. Elle permet aux nouveaux salariés d’avoir les compétences nécessaires pour son métier mais aussi de connaître les habitudes de l’entreprise.

Cela est particulièrement efficace en cas de départ à la retraite. Le futur retraité peut, pendant un ou plusieurs jours, “coacher” le nouvel arrivant pour que la transition se fasse correctement.

Saviez-vous qu’un employé français consacre en moyenne 7 heures de sa semaine à rechercher des informations ?

Il existe deux types de connaissances :

  • la connaissance explicite : elle peut s’exprimer facilement à l’oral ou à l’écrit. C’est une compétence qui a été apprise, souvent une action comme remplir un contrat, suivre l’évolution des statistiques de l’entreprise, utiliser un logiciel…
  • la connaissance tacite qui est innée ou acquise naturellement avec l’expérience : le savoir-être, le charisme, la gestion client…

La gestion de la connaissance au sein d’une entreprise prend en compte ces deux formats. Pour cela, il faut de la pratique et du relationnel.

Mettre en place le partage de connaissances en entreprise

Il y a plusieurs moyens de partager les connaissances en interne. Chaque entreprise doit trouver la méthode qui lui convient le mieux.

La création de groupes de discussions

Pour créer une relation de confiance et accélérer le partage de connaissances au sein d’une entreprise, il est important de trouver un lieu dans l’établissement et un moment dans la journée pour que les salariés, ou certains d’entre eux, puissent se rencontrer et discuter.

Par exemple, s’asseoir en cercle permet à tout le monde d’être bien visible. Chaque membre peut échanger et parler d’un problème qu’il rencontre dans le travail. Les autres proposent des solutions pour l’aider. Ainsi, chaque personne peut aider et être aidée.

Créer des groupes de discussion en ligne

Depuis 2020, les logiciels pour travailler en ligne se sont développés, à l’image de Zoom. L’équipe peut ainsi discuter depuis leur domicile grâce à la webcam de leur ordinateur ou de leur smartphone.

Utiliser un logiciel en ligne pour s’entraider peut également être un bon moyen, surtout s’il n’y a pas de lieu convenable dans l’entreprise pour se regrouper. Cela peut aussi mettre à l’aise les personnes timides.

Faire intervenir un formateur externe

Le métier du formateur est justement de former des professionnels à leur travail. Il peut intervenir sur le terrain, directement dans l’entreprise, pour “mettre à jour” les employés sur les éventuelles évolutions du travail. Il pourra aussi donner des conseils pertinents et des anecdotes intéressantes pour amuser et motiver les troupes.

Il est également possible de demander à un membre du personnel de former les autres. Cela pourrait être un bon exercice.

Avoir l’avis du nouvel arrivant

Si vous employez un nouveau salarié, il risque d’être perdu au début, d’où l’intérêt de l’intégrer correctement.

Son ressenti pourrait être intéressant à connaître, par rapport au mode de fonctionnement de l’entreprise mais aussi sur les compétences de ses nouveaux collègues.

En effet, en étant dans la même boîte pendant plusieurs années, il peut être difficile de connaître ses défauts. Mais avoir l’avis d’un œil nouveau permettrait de voir son entreprise sous un nouvel angle, et c’est souvent très pertinent.

Laissez donc quelques jours, deux semaines voire un mois au nouveau salarié de s’acclimater et de faire connaissance avec ses nouveaux collègues, puis demandez-lui un rapport.

Ensuite, si vous constatez que votre équipe a besoin de nouvelles connaissances, le nouveau pourrait partager ce qu’il connaît. Essayez cependant de le mettre à l’aise : il risque de ne pas oser “critiquer” votre entreprise.

Share this post